Lady Gaga : Critique de ARTPOP ou le seul vrai album pop de 2013

Bon, les gars. Réjouissez-vous, ARTPOP est bon. Plutôt très bon même. Gaga revient en Force avec ce troisième album et demi (oui, OK, The Fame Monster c’était pas VRAIMENT un album) et ça fait ziz’.

ARTPOP-cover-HQ-lady-gaga-35751136-2048-2048

J’ai découvert Lady Gaga en 2008 grâce à l’émission de télé-réalité de MTV, The Hills. Ils avaient choisi d’utiliser des titres à elle pour illustrer les aventures de Lauren Conrad. J’avais immédiatement accroché au style de la demoiselle et m’étais renseigné par la suite sur le personnage. Est venu ensuite la sortie de « The Fame Monster » qui a mis tout le monde d’accord, avec des morceaux cultes comme « Bad Romance » ou « Telephone ». La barre est trop haute pour que Gaga puisse mieux faire, son come-back est un retour en demi-teinte avec « Born This Way », malgré la présence de très  bonnes chansons comme « Mary The Night » et « Yoü & I ».

Grosse pression donc pour « ARTPOP » surtout vu le discours toujours aussi prétentieux de sa créatrice. « Applause » avait été un très bon premier single mais j’avais tout de même quelques doutes en découvrant « Aura » ou « Venus » . J’ai été agréablement surpris en écoutant ce disque même si quelques points viennent noircir le tableau. Tout d’abord, Gaga a décidé de nous la jouer Broadway pour ce nouvel opus, chantant avec une voix atrocement théâtrale. Les titres sont aussi très travaillés, mais pas dans le bon sens puisqu’ils le sont trop. La production prend parfois le dessus sur la voix de la chanteuse, si bien qu’on ne comprend plus ce qu’elle dit.  L’album a fuité aujourd’hui en HQ, ne perdons pas plus de temps, voici la critique chanson par chanson :

1/ Aura : Ce titre avait fuité il y a quelques semaines et je dois dire que je préfère la version démo qui nous avait été présenté à l’époque. C’est un morceau assez étrange, aux sonorités très latinos et ça peut déranger certains. L’intro met du temps à disparaitre et les couplets ne sont pas oufs mais encore une fois, Gaga assure avec un refrain captivant : « Do you wanna see me naked, lover? Do you wanna peak underneath the covers? Do you wanna see the girl who lives behind the aura?« . Efficace mais l’ensemble est tout de même assez brouillon, on est dans le TROP.

2/ Venus : Bon, alors sur celui-là, je sais pas quoi penser. D’un côté, je déteste et il y a une toute petite partie que J’ADORE. Un peu le même problème qu’avec « Aura », je n’aime que le refrain et il se passe trop de chose en même, trop de bruit, de « beep » au même moment.  Mais putain ce petit passage est vraiment parfait : « When you touch me I die just a little inside.  I wonder if this could be love, this could be love.« 

3/ G.U.Y. : L’un des titres les plus électro de l’album, ça bouge, c’est efficace. Encore une fois, le refrain est vraiment bon, non pas que le reste soit mauvais mais ce n’est pas du même niveau. « G.U.Y » reste en tête et on a envie de taper dans les mains au moment où ça fait « clap-clap ». Pas le meilleur titre mais loin d’être le pire, je me surprends à fredonner « G-U-Y », c’est que ça marche ?

4/ Sexxx Dreams : Ah, enfin un très bon morceau. J’ai l’impression de cracher sur cet album alors qu’il y a du très bon. Un titre très sensuel, presque aphrodisiaque. Gaga nous raconte ses pensées « nasty » et on en rougirait presque. Gros coup de cœur pour le petit moment où elle nous avoue en parlant : « I can’t believe I’m telling you this but I’ve had a couple drinks… Oh my god ! ». La production est parfaite, il y a des choses intéressantes, cohérentes et surtout distinctes.

5/ Jewels n’ Drugs : Morceau inattendu, du gros rap sur une chanson de Gaga ? Et bien si, si. Ça fonctionne pas mal, il y a un bon équilibre entre la voix de LG et celles des rappeurs. On secoue la tête en s’imaginant en train de dealer sur un terrain de basket avec des thugs. Moment relou : quand Twista se lance dans un putain de monologue BIEN trop rapide même s’il rattrape grâce au petit « Gaga-Gaga-Gaga ».

6/ MANiCURE :  Déjà, je trouve le jeu de mots pas mal. OKÉ c’est cheesy mais on aime. J’avais flashé sur la version du iTunes Festival et les changements lors de l’enregistrement en studio ont même amélioré le titre. C’est rock et c’est un style que Gaga maitrise donc on reste quand même dans un truc doux assez pop. Ça fait ressortir le Freddie Mercury en moi et j’apprécie.

7/ Do What U Want (feat. R. Kelly) : Encore une fois, surprenant, du R’N’B sur ARTPOP ? En tout cas, ça fonctionne pour moi et ça fait plaisir de retrouver une chanson de ce style mais en version actualisée. Gagz a envie de nous montre ce qu’elle sait faire avec sa voix, on le sait, ce n’est pas la peine de trop en faire. La présence de R. Kelly ajoute quelque chose d’intéressant, même si on ne peut s’empêcher de penser aux problèmes légaux du monsieur en chantant les paroles assez explicites. Passage coup de cœur : « I could be the drink in your cup, I could be the green in your blunt. »

8/ ARTPOP : Ah ça aussi, j’aime beaucoup ! Une chanson un peu lunaire, mystérieuse presque aérienne. Certains sons me font penser à « Love You Like a Love Song » de Selena Gomez. Les paroles sont chelous, c’est le délire artistique de Gaga mais ce n’est pas pour autant agaçant car ça reste assez soft. Moment où je chante de manière dramatique : « You make my heart stop. » C’est peut être un peu mou pour du Gaga mais je trouve ça agréable d’avoir des titres à pouvoir écouter en « temps calme » quand on veut se poser.

9/ Swine : Le titre le plus EDM de l’album, ça passe ou ça casse. C’est dansant, ça donne envie de bouger mais pour être honnête, je pense que ça ne s’apprécie que lorsque l’on est sous l’emprise de quelque chose. Rassuré de ne plus entendre les bruits de porc, mais content de pouvoir quand même hurler « SWIIIIIIINE« . Un morceau assez sombre à écouter dans une crackhouse pour pouvoir ensuite rentrer se coucher dans son lit bien propre.

10/ Donatella : Une de mes chansons préférées de l’album en hommage à la célèbre Versace. C’est du Gaga comme je l’aime, immature, qui ne se prend pas au sérieux. Ça balance un « rich », ça balance un « bitch », on parle de Marlboro Light et de champagne. J’achète. Le refrain est terriblement accrocheur : « Donatellaaaaaaaaaaaaa » même si certaines paroles ont de quoi sérieusement faire lever des sourcils (« Walk down the runway but don’t puke, it’s ok. You’ve just had a salad today.« ). Une belle production, les beats ont souvent tendance à me taper sur le système mais là, c’est tout comme j’aime.

11/ Fashion! : Je ne comprends pas ce titre. Je ne l’aime pas. Je n’ai pas d’avis, c’est pour moi le pire morceau de l’album. J’avais hâte de voir ce que Gaga avait mijoté avec will.I.am et je suis déçu. Cela m’agace particulièrement de tomber sur ce titre à chaque fois que j’écoute Dontella. Non, vraiment : NO ME GUSTA.

12/ Mary Jane Holland : Un titre produit par Madeon, que j’adore. J’aime beaucoup l’histoire que raconte cette chanson, le fait que Gaga parle de liberté pour expliquer sa consommation de cannabis. J’aime aussi qu’elle joue sur le concept de « Mary Jane Holland », son alter ego, et d’un autre côté, fumer de la Marie Jeanne en Hollande. J’ai l’impression d’avoir expliqué une blague nulle quand j’écris ces mots. Une chanson qui me fait penser au style de Born This Way, un peu sombre mais à petite dose sur ARTPOP, ça fonctionne particulièrement bien.

13/ Dope : La ballade de l’album, il en faut une, comme sur chaque opus de la demoiselle. Je ne suis pas un grand fan de la voix de Gaga ici, je comprends qu’elle doit prendre un timbre triste ou qu’elle doit sembler droguée par rapport au texte mais je n’adhère pas. La version du iTunes Festival m’avait touché beaucoup plus, à l’époque le titre s’appelle « I Wanna Be With You » et ne parlait pas spécialement de « dope ». Il s’agit tout de même d’une belle lettre d’amour, pleine de désespoir. By the way, MADAME KATY PERRY, voilà comment on fait une ballade. Dope > Toutes les ballades (donc 80% de l’album) de « Prism ».

14/ Gypsy : Je savais que j’allais aimer ce titre, produit par Madeon et Red One et je ne m’étais pas trompé. C’est un peu le « Edge of Glory » de l’album sauf qu’il s’agit de sa sœur plus intelligente et plus jolie. Coup de cœur pour les paroles, je trouve ça touchant, le voyage me gusta. Vraiment, je ne sais pas pourquoi mais tout me plait, ça me file la pêche, c’est entrainant, on a envie de chanter « I’m-I’m-I’m a Gypsy-Gypsy-Gypsy« . Même le passage final assez rapide fonctionne bien, il faut que j’apprenne les paroles pour briller en société.

15/ Applause : Un très bon titre, pas forcément représentatif de l’album donc pas le choix idéal pour être le premier single. Pourtant, un morceau efficace qui accroche. Je me souviens l’avoir adoré dès la première écoute mais elle m’a un peu passé aujourd’hui. Je ne suis pas sûr qu’il s’agisse d’une très bonne idée d’avoir placé ce morceau à la fin du disque. Mais en tout cas❤ « A-P-P-L-A-U-S-E« .

Pour résumer :

Capture d’écran 2013-11-03 à 02.32.03

Autant vous dire que je ne suis pas un grand critique musical, en sachant que je fais des GIFs de « L’Île des Vérités » lors de mon temps libre. Ce post représente juste mon avis et ce que je ressens par rapport à cet album, donc on chill les little monsters.


One Comment on “Lady Gaga : Critique de ARTPOP ou le seul vrai album pop de 2013”

  1. Au contraire j’ai trouvé Artpop assez fade… L’abus de musique électronique se fait clairement ressentir et la prétention qui entoure le projet est mal placée.
    Espérons un quatrième album plus inspiré (en dehors de la parenthèse avec Bennett) qui méritera un tel orgueil de sa part.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s